La GEMAPI, un an après