Aller au contenu principal

Eurobaromètre: 64% des Français sont convaincus que leur pays bénéficie de l’adhésion à l'Union européenne

La dernière enquête Eurobaromètre du Parlement européen qui a été menée en septembre 2018 et publiée le 17 octobre 2018, révèle une appréciation croissante des Français pour l’Union européenne. Ils sont 64% à se déclarer convaincus que leur pays bénéficie de l’adhésion à l'Union européenne, un pourcentage en nette augmentation.

Qu’est-ce que l’Eurobaromètre ?

L'Eurobaromètre standard a été créé en 1974. Il interroge les européens sur leurs avis et perceptions du projet européen. Chaque enquête est constitué d'environ 1000 interviews en face-à-face par pays. Les rapports sont publiés deux fois par an.

Que révèle la dernière enquête?

64% des français se déclarent convaincus que leur pays bénéficie de l’adhésion à l'Union européenne. 61% des Français considèrent également que l’adhésion de leur pays à l’UE est une bonne chose, ce qui représente 6 points de plus par rapport à avril 2018 (55%). Les Européens, en général, ont une opinion à peu près similaire avec 62%, et surtout ce qui est intéressant c’est qu’il s’agit du chiffre le plus élevé depuis le pic enregistré entre la chute du mur de Berlin en 1989 et l'adoption du traité de Maastricht en 1992.

Comment expliquer ce résultat ?

Presque tous les résultats qui mesurent le soutien à l'UE dans ce dernier sondage montrent une nette amélioration après le référendum britannique de 2016, l'impact du Brexit n’y est pas pour rien. On remarque une prise de conscience croissante des avantages d'être membre de l'UE en partie en raison des négociations difficiles entre le Royaume-Uni et l’UE. D’ailleurs, 62% des Français déclarent qu’ils voteraient contre un « Frexit » si un tel référendum était organisé en France aujourd’hui.

Quelles sont les principales raisons pour lesquelles les français jugent que l’appartenance à l’UE est une bonne chose ?

Premièrement, ils estiment que l’UE améliore la coopération entre la France et les autres pays de l’UE. Deuxièmement, ils jugent que l’UE donne aux français un poids plus important dans le monde et enfin troisièmement, ils estiment que l’UE contribue au maintien de la paix et au renforcement de la sécurité.

A la question, quelle image les français ont-ils du parlement européen, quelles sont leurs réponses ?

Eh bien, seuls 20% en ont une image positive. Pour 27%, elle est négative. Mais ils sont 53% à avoir une image « neutre ». Ce résultat est à mettre en perspective avec le fait que 55% des Français souhaitent que le Parlement européen joue un rôle plus important.

Comment peut-on expliquer qu’une majorité de français ait une image neutre du Parlement européen ?

Cela s’explique tout simplement par le fait que peu de gens connaissent le rôle et les pouvoirs du Parlement européen. Et surtout une méconnaissance de son rôle de contre-pouvoir ! Il est colégislateur dans beaucoup de domaines avec le Conseil des ministres de l’UE (par exemple : la liberté, la sécurité et la justice, le commerce extérieur, la politique environnementale et la PAC).

Quel est le rôle et les pouvoirs du Parlement européen?

Le Parlement reste l’une des deux branches de l’autorité budgétaire. Il détermine les orientations générales du budget et la nature des dépenses (grosso modo : combien et pour faire quoi). Il arrête le budget et en contrôle l’exécution.

Son approbation est également nécessaire pour la désignation du président de la Commission européenne, avant la désignation des autres membres du collège de commissaires. Le Parlement auditionne les commissaires désignés (et peut les retoquer).

Il a également la possibilité de prononcer une motion de censure à l’encontre de la Commission. 

Quand les doutes planes sur des allégations d’infraction ou de mauvaise application du droit de l’Union, il peut créer des commissions d’enquête temporaires.

Enfin, il a le pouvoir de présenter des recours devant la Cour de justice en cas de violation du traité par une autre institution.

Retrouvez le communiqué de presse ici 

publié le

25 octobre 2018

par :

Camille DJUROVIC