Aller au contenu principal

"Des perspectives nouvelles pour le travail social et le développement communautaires ainsi que pour l'éducation populaire et citoyenne"

Un colloque intitulé "Faire société autrement" s'est tenu les 28 et 29 janvier à Aubervilliers, pour réinterroger et mobiliser les acteurs sur les actions dites "communautaires", et faire le lien avec le développement local, le développement social,...
Une étape de cette démarche de recherche-action avait fait étape en Lorraine le 27 octobre dernier avec un atelier sur le même thème. Après ces deux jours de séminaire, des perspectives sont ouvertes pour l'avenir !

Communiqué de presse des organisateurs à l'issue du colloque

"A l’issue du Colloque national « Faire société autrement » qui s’est tenu vendredi et samedi derniers à Aubervilliers (*) dans le cadre du séminaire « Travail social, développement communautaire, éducation populaire et citoyenne », mis en place il y a cinq ans, après les émeutes de l’automne 2005, par un groupe de militants associatifs et de travailleurs sociaux, des perspectives nouvelles s’ouvrent pour le développement en France d’actions collectives de type « communautaires ».

C’est Monsieur Jacques Salvator, maire d’Aubervilliers qui a ouvert le colloque sans l’aide duquel celui-ci n’aurait certainement pas pu avoir lieu avec le même sens et dans de bonnes conditions.

Les 300 participants au colloque d’Aubervilliers se sont retrouvés autour de l’idée que la situation de crise que nous connaissons (violences urbaines, montée de la précarité et de l’exclusion, des replis ethniques et religieux, etc., dans un contexte de contraintes budgétaires inédites) obligeait le secteur social à innover.

A partir de leurs engagements sur le terrain, ils ont manifesté le souhait que les actions de type« communautaires », basées sur des méthodes et des pratiques fondées sur la reconnaissance de la capacité des personnes et des groupes à faire société, soient réhabilitées et développées dans notre pays. En renforçant le « pouvoir d’agir » des populations défavoriséesnous permettrons aux personnes en difficulté, moins isolées et plus solidaires entre elles, de développer leurs capacités citoyennes et d’accéder plus facilement à l’éducation, au logement,  à l’emploi et  plus globalement, à une qualité de vie meilleure.

Les organisateurs du colloque remercient plus particulièrement les personnalités suivantes d’être venues participer à leurs travaux :

  • Mme Dominique Gillot, ancien Ministre et maire d’Eragny dans le Val d’Oise, Vice-Présidente de l’association des maires Villes et banlieues
  • Michel Dinet, Président du Conseil général de Meurthe et Moselle, Vice-Président de l’assemblée des départements de France et Président de l’Observatoire de l’action sociale décentralisé
  • Hervé Masurel, Secrétaire général du Comité interministériel des villes
  • Mme Chahla Beski-Chafik, directrice de l’Agence de développement des relations interculturelles pour la citoyenneté
  • M Pierre Gauthier, Président de l’Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale
  • M Claude Jacquier, directeur de recherche au CNRS, qui a réinterrogé le concept de « communauté »
  • M Joël Roman, philosophe, qui a éclairé les enjeux de société présents derrière les débats menés pendant ces deux journées
  • M Etienne Varaut, Vice-Président de l’Inter-réseaux des professionnels du Développement social urbain, membre du Conseil National des Villes, chef de projet Politique de la Ville à Bobigny.
  • M Jean-Pierre Worms, vice-président de la FONDA, qui a présenté la démarche engagée par plusieurs réseaux associatifs autour de l’appel « Pouvoir d’agir »

Ils invitent les pouvoirs publics à revisiter sereinement la « question communautaire » qui ne doit  plus continuer à être discréditée par la problématique du communautarisme. Ils leur demandent, dès maintenant, de tout  mettre en œuvre pour lever l’ensemble des freins qui s’opposent au développement en France de démarches qui ont fait leurs preuves à l’étranger mais également dans notre pays où elles souffrent malheureusement d’un manque de visibilité et de reconnaissance."

Contact presse

José Dhers : jdhers@wanadoo.fr   -   http://www.irdsu.net/-developpement-social-local-travail-

(*)Avec le soutien des organismes et réseaux suivants :Inter-Réseaux des professionnels du Développement Social Urbain (IRDSU) ; CEDIAS-Musée Social ; Comité National de Liaison des Associations de Prévention Spécialisée (CNLAPS) ;  Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active (CEMEA) ; Association ASMAE-Sœur Emmanuelle ; Fédération des Centres Sociaux et Socio Culturels de France (FCSF) ; Ecole de Service Social de l’IUT Paris Descartes ; Centre de formation CFPES-CEMEA ;  Promotion des Initiatives Sociales en Milieu Educatif (PRISME) ; Repenser et Gérer l’Altérité pour Refonder la Démocratie et les Solidarités (REGARDS) – Institut Renaudot ( Santé communautaire)

publié le

1 février 2011

par :

Julien Piquand